Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? Film Streaming VF

Film Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? en Streaming VF Complet

Regarder {{Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ?}} 2019 Film Streaming VF Gratuit

Voir Film Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? 2019 streaming VF Francais Gratuitement. Regarder ou Télécharger film complet Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? Complet Streaming.

Le film Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? en VOSTFR FULL HD 1080P !

Date de sortie 30 janvier 2019 (1h 39min)
De Philippe de Chauveron
Avec Christian Clavier, Chantal Lauby, Ary Abittan plus
Genre Comédie
Nationalité français

Synopsis et détails
Le retour des familles Verneuil et Koffi au grand complet !
Claude et Marie Verneuil font face à une nouvelle crise.
Leurs quatre gendres, Rachid, David, Chao et Charles sont décidés à quitter la France avec femmes et enfants pour tenter leur chance à l’étranger.
Incapables d’imaginer leur famille loin d’eux, Claude et Marie sont prêts à tout pour les retenir.
De leur côté, les Koffi débarquent en France pour le mariage de leur fille. Eux non plus ne sont pas au bout de leurs surprises…

L’argument : Le retour des familles Verneuil et Koffi au grand complet ! Claude et Marie Verneuil font face à une nouvelle crise. Leurs quatre gendres, Rachid, David, Chao et Charles sont décidés à quitter la France avec femmes et enfants pour tenter leur chance à l’étranger. Incapables d’imaginer leur famille loin d’eux, Claude et Marie sont prêts à tout pour les retenir. De leur côté, les Koffi débarquent en France pour le mariage de leur fille. Eux non plus ne sont pas au bout de leurs surprises…

Notre avis : Film de société au discours sur la France positif, la suite de Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu, carton historique avec plus de 12 millions d’entrées localement, et des fans dans toute l’Europe, n’est pas des plus finaudes, mais veut apaiser les esprits, avec les sujets communautaires qui fâchent. Il s’agit de rassembler les spectateurs quand tous les politiques sont discordants et que certains médias tendent à assombrir le voile d’une nation où tout ne va pas si mal, selon le discours du film, qui pourrait aussi sonner présidentiel très 2018. Après tout, n’est-ce pas là une œuvre dont la dynamique est entièrement orientée sur le cliché des Français toujours en grogne, des ronchons qui se victimisent, qui font grève ou qui se sentent surtaxés, envahis, en permanente insécurité, et qui réclament plus de flexibilité, bref, une nation d’éternels dépressifs ?

Dans le film, les Français sont devenus des Gaulois réfractaires, mais attention, des Gaulois d’origines communautaires diverses ; le mal franco-français gagne ainsi les fils d’immigrés que l’on reconnaît davantage à leur identité au sein de notre patrie par ce pseudo fléau hexagonal qui les prend à leur tour, quand Clavier, philosophe conclut en suggérant qu’être français, c’est avant tout de se saisir de son droit de râler, de ne pas être d’accord, de pinailler, de s’engueuler, et même d’accepter la grève qu’il retrouve en France avec un certain plaisir dans sa couleur locale, après avoir parcouru les pays d’origine de leurs quatre beaux-fils.
La blague de Clavier, ce vieux mâle blanc, qui lâche quelques paroles autour de la philosophie du président français du moment, suscite beaucoup de réflexion quant à ce discours positif sur le pays. Tourné bien avant la rentrée exécrable du président Macron, le film peut être lu de différentes façons. Il pose un discours sociétal, ni de droite ni de gauche, porté sur la cohésion, où la jeunesse BCBG des quatre beaux-frères interchangeables tellement ils sont lisses, s’oriente vers un avenir tonique, ailleurs qu’en France, avec une mobilité qui fait sourire. Mais il se trouve que ces quatre Français fâchés avec eux-mêmes, sont aussi à côté de la plaque.
Là où Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? est moins percutant que son prédécesseur et très macronien dans l’âme, c’est dans son manque de discernement quant à l’actualité qui coïncide avec sa sortie, puisque, depuis le tournage du film concomitante au triomphe du macronisme, cette actualité a surtout démontré que la diversité française, avant d’être ethnique ou communautaire, était surtout sociale et économique. Nous la nommerons fracture.